• Il est actuellement minuit 21 au moment où j'écris ces mots, depuis un peu plus de vingt minutes, c'est le jour de mon anniversaire, et puisque je n'ai rien d'autre faire, je me suis dit que prendre le temps de me poser et constater le chemin parcouru ne me ferait pas de mal.

    Et donc voilà, 20 ans. J'y suis finalement arrivé. Lorsque j'ai eu 10 ans, j'étais tout fier d'avoir enfin deux chiffres. Et puis maintenant, le premier chiffre change enfin, comme la marque du passage à une nouvelle ère, peut être. On pourrait se dire que le passage à 18 ans est plus important, et pourtant je ressent plus d'importance à ces 20 ans que lors de mes 18 ans. Et puis aussi, il y a 2 ans , je n'avais vraiment pas le cœur à célébrer mes 18 ans, mais ça, c'est une autre histoire.

    Vu comment les années passent vite, je serait tenté de me dire que 10 ans de plus, ce n'est pas tant que ça, et pourtant... Quand je regarde tout ce qu'il s'est passé depuis que j'ai 10 ans, ce ne même pas mesurable. Durant ces 10 ans, j'ai vécu toute mon adolescence. Durant ces 10 ans, j'ai forgé lentement celui que je suis aujourd'hui. J'ai creusé mon chemin, choisi mes centres d'intérêts, forgé mes idéaux, façonné des débuts de convictions. Tant s'est déroulé en fait. Je ne vais pas m'amuser à vous raconter l'histoire de ma vie, d'abord parce que j'ai la flemme, ensuite parce j'ai pas besoin de raconter ça à toutes les inconnues âmes errantes qui verront ce message. Mais cependant, parmi ces âme errantes qui liront ces mots, il y aura peut être des personnes qui ont joué un rôle important dans le chemin que j'ai parcouru ces 10 dernières années.
    Alors au lieu de raconter ma vie, je vais plutôt essayer de remercier toutes ces personnes là qui, à mes yeux, ont eu un rôle important dans ma vie, certaines ont même été de véritables piliers fondateurs de ce que j'ai bâti à ce jour. Et je ne parlerai pas des membres de ma famille, parce que c'est pas la même chose.

    Donc, commençons.

    La communauté de DQ Mania: Alors oui, vous n'êtes pas une seule personne mais un groupe de personne. Mais c'est simplement que j'estime que c'est bien la communauté dans son ensemble qui a marqué ma vie. DQ Mania a été mon premier forum, et l'un de mes premiers pas dans l'internet. C'est via sa communauté que j'ai pu découvrir les fondamentaux de la vie sur internet. Ils n'ont peut être pas directement rempli un rôle capital, mais étant donné qu'une grande partie de ma vie a été ensuite liée à internet, j'estime qu'ils sont la base de tout, le commencement. Alors, merci.

    Mangaka: Non, je ne remercie pas un métier, c'était le pseudo d'une des personnes sur DQ Mania. Je doute que tu liras un jour ces mots, mais sache que par ton talent incroyable au dessin, tu as été la première a me donner une forme d'immense respect, et un objectif: atteindre ton niveau à ton âge, qui était alors de 18 ans. Hélas, je crains de ne pas avoir réussi à te rattraper en fin de compte, mais peu importe. Je me souviendrai toujours de comment je me sentais débordant de motivation pour m'améliorer en dessin dès que je regardais un de tes dessins. De plus, j'espère vraiment que ce que tu m'as dit était un mensonge, j'espère que tu vis toujours sous ce ciel. Puisses-tu vivre heureuse et rester toujours aussi talentueuse en dessin.

    La "petite famille" du serveur minecraft: Je pense que si vous lisez ce message, vous vous reconnaîtrez. On était une petite bande de 5/6, mais on était jeunes et insouciants, passant une bonne partie de nos aprems et de nos week ends a construire des trucs tout pourri sur mon vieux serveur pourri. A l'époque y avait pas de probleme, que du bonheur, que de l'insouciance. Ces moments passés avec vous sur le serveur resteront dans ma mémoire comme les meilleurs moments du "bon vieux temps". J'espère que vous allez tous bien.

    Lucienne: Franchement, c'était pas cool de ta part de m'avoir quitté pour Mat', surtout que tu avais pas attendu de rompre pour commencer à flirter avec lui hein. Mais bon, on était jeunes, et cons. Mais quand bien même notre couple a même pas duré 2 mois, tu restes ma première petite amie, ça laisse toujours une marque. J'espère que tu es avec quelqu'un de mieux que Mat' maintenant.

    Mat' : J'ai pas de remerciement particulier à te faire, et tfaçon tu verras jamais ce message, mais vu qu'on a passé quasiment tout le collège et le Lycée en véritables inséparables voisins de table, je me devais de te faire au moins une petite dédicace. Je t'ai pardonné de m'avoir pris Lucienne en 3e, parce qu'on était jeunes, mais c'était pas pour que tu tournes en un espèce de gros trou du cul après le Lycée. T'as toujours été un peu "dom juan", mais là franchement mec t'as mal tourné. J'espère pour toi que tu vas t'assagir avec le temps, mais à mes yeux tu resteras à jamais un putain de trou du cul. Si tu perdais ta bite, tu serais déjà sans doute un type 10 fois meilleur. Et puis, sérieux "believe in yourself", moi je reste convaincu qu'à 50 balais, tu l'assumeras plus ce tatouage. Bref, on n'a plus rien à se dire.

    Julie & Hugo: J'espère que votre couple résistera aux années. Hugo, putain merci d'être sorti avec Julie et l'avoir ramené "à la raison", parce que t'aurais vu comment elle était en seconde... Par contre, faut que tu te calmes avec tes idéaux révolutionnaires, parce que là t'es typiquement le mec pas sortable à un dîner de famille. Mais bon, t'es un mec cool. Julie, je sais pas comment tu fais pour supporter quotidiennement les idées politiques extrêmes de Hugo, mais faudrait que tu lui expliques que l'anarchie ça peut pas marcher sur le long terme, c'est un fait. Enfin, je vous aime tous les deux bande de fous du cinéma, et même si ça me casse un peu les couilles de tenir la chandelle à chaque fois, je vous pardonne parce que vous faîtes un beau couple :)

    Wushu: Pour revenir aux gens que je connais d'internet... Alors oui je connais ton prénom, mais c'est sous ton pseudo que j'ai toujours connue, donc vala. Je doute que tu vois un jour ce message, mais je pourrais jamais assez de remercier de m'avoir ouvert les yeux lorsque j'étais à une phase assez "sombre" de mon existence. C'est grâce à toi que j'ai commencé à m'ouvrir aux gens, grâce à toi que je me suis fait des amis sur internet, grâce à toi que j'ai connu tous ces gens qui ont été si importants pour moi. Et toi-même tu as été la première amie que j'ai vraiment considérée comme proche. On s'est peut être perdus de vue depuis, mais j'ai jamais oublié l'importance que tu as eu dans ma vie, même si tout a commencé d'une manière "pas très catholique". Si jamais tu as envie de venir blablater un jour, je te répondrai toujours avec la même joie. Merci encore, et puisses tu être heureuse.

    Elodie: Par contre, toi, à mes yeux, c'est par ton nom que je t'identifie, même si je t'ai connue par ton pseudo d'abord. Écoute, que dire... Je pense que tu es très bien consciente de l'importance que tu as eu dans ma vie. Pendant plus de trois ans, toute ma vie s'est construite autour de toi. Jusqu'à présent, tu restes sans doute la personne qui a eu le plus d'importance dans ma vie. Ça changera sûrement dans le futur, mais pour le moment ça restera toujours vrai. J'ai probablement encore gardé de nombreuses petites habitudes de l'époque où on était ensembles, sans que même que je m'en rende compte. La relation qu'on a eu a été vraiment un très belle chose, et même si elle s'est terminée, elle m'aura convaincu que les relations à distance, c'est tout aussi bon que les relations "normales". Même si la proximité qu'on avait n'a pas survécu à notre séparation, je suis content que cette dernière se soit faite sans mauvais ressentiment. Ce fut dans la tristesse certes, mais dans la compréhension mutuelle, et c'est sans doute pour ça qu'au moins, notre bonne entente n'a pas souffert.
    Cette séparation en elle-même a été un véritable point de rupture (sans mauvais jeu de mot) dans ma vie. Il y a clairement un "avant" et un "après". Il m'a fallu tout reconstruire de zéro, bâtir un nouveau rythme de vie, des nouvelles habitudes, rencontrer de nouvelles personnes. Il y a tellement de changements... Je peux même pas imaginer à quel point ma vie serait différente maintenant si tu avais simplement fait le choix de ne pas rompre. Avec du recul maintenant, je suis content que tu aies rompu. On se serait fait du mal à tenter de rallumer ce feu qui s'éteignait à chaque fois à cause de notre passivité mutuelle. Mais je suis content de la vie que j'ai maintenant, il me manquerait plus qu'une partenaire pour que ce soit parfait, mais depuis que j'ai retrouvé un équilibre dans ma vie, je me sens bien.
    Notre amitié ne redeviendra jamais comme avant, c'est certain, et peut être même que dans le futur on aura plus aucun lien, mais je conserverai toujours uniquement de bons souvenirs des ces 3 ans et quelques passés à tes côtés. Merci pour tout et sois heureuse.

    Gipsy: Sale pd va, tu croyais quand même pas que j'allais t'oublier. Je pourrais t'insulter comme d'hab (enfin c'est souvent toi qui commence, sale bâtard), mais pour une fois je vais être plutôt cool. Je t'ai connu d'abord juste comme un pote à Lara, mais au final t'es devenu mon deuxième meilleur pote, le bro casse couille mais toujours fidèle au poste, le cancer vivant mais sympa au fond, le mec qui sait que gueuler et..ouais nan en fait tu sais que gueuler. Merci mec pour avoir été là pendant cette période où j'étais effondré. Bon c'est surtout qu'on a fait connaissance pendant cette période là, mais au final je suis bien content que t'aies été là. C'est parce que t'étais là qu'on a pu faire créer cette espèce de trinité du cancer avec Lara, ce trio qui a redonné un équilibre à ma vie, et qui m'a permis de retrouver le sourire. Ça me fait chier que tu aies une estime de toi encore plus basse que mon estime de moi, et ça me fait chier aussi que tu puisses pas faire le boulot que tu désires vraiment. Donc, putain, lance toi, renseigne toi pour être doubleur, donnes-y toi à cœur et à sang, réalise ton rêve bordel de merde. Et une fois que tu seras moins salty, peut être même que tu arriveras à trouver une gf, parce que moi je sais que sous ta carapace de cancer de mort là, y a un mec super sympa et super marrant. T'inquiète Gipsy, tu pourras toujours compter sur moi pour te décevoir sur lol, on change pas les bonnes choses ;)

    Lara: Of course, je finis par toi, mais pour le coup, j'ai pas grand chose à te dire vu que je t'ai déjà écrit un pavé y a 6 jours pour ton anniv'. Donc tu sais ce que je pense de toi, tu sais tout ce que j'avais à te dire. Et je vais pas juste répéter tout ce que je t'ai dit juste pour le plaisir d'avoir un plus gros bloc pour la fin (même si je suis tenté). En tout cas, je pourrais jamais te remercier assez d'avoir été là quand j'en ai eu le plus besoin. Et malgré notre longue amitié chaotique, je t'aime bien un petit  peu quand même ;)



    Mentions honorables:
    L 'équipage du Libertalia, la communauté de FSN rpg, Wing (arrête juste d'être aussi négatif stp :( ), et sûrement d'autres o/


    Bon, c'est déjà pas mal.

    Si vous avez pas été cités, soyez pas trop tristes, ça veut pas dire que je vous aime pas.

    Ah, et si jamais vous lisez ce post après le 19 Août 2018 et que vous êtes tentés quand même de souhaiter bon anniversaire, c'est pas la peine hein. Je vous en voudrai pas si vous me l'avez pas souhaité :')


    1 commentaire
  • ~ An 415 ap .JC , Irak Actuelle ~

    Un banquet. Des convives. Assis autour d'un tapis de soi orné de brodures dorées, des hommes habillés de vêtements luxueux, à la mine joyeuse et au rire aisé. Ils se gavaient allègrement de plats délicieux dans un grand bruit, sans pour autant perdre leur dignité. Je faisais partie de ces gens là, j'étais assis parmi eux, mais pourtant, en ce jour bien particulier, la faim me manquait et je sentais un profond malaise au fond de moi.

    Qui ces gens étaient? Des invités de renom que j'avais plus ou moins conviés ici pour ce grand banquet qui devait renouer les liens entre les royaumes. Mais il était en réalité plus juste de dire que cet évènement m'avait été indirectement imposé. Je n'avais guère eu de choix quand Yazdegerd1, grand Shah2 des Sassanides3, m'avait "proposé" d'organiser un grand festin à Al-Hira4, la Cité de toutes les Merveilles. Pour sûr, Al-Hira était une merveilleuse cité, mais je ne pouvais m'empêcher de sentir sa beauté bafouée en voyant ces porcs de Perses se prélasser dans les magnifiques salles du palais de Khawarnaq5. Certes, j'avais fait bâtir ce palais en l'honneur de Yazdegerd, ou plutôt, m'avait-il commandé de le faire. Mais l'idée que le savoir-faire de mon peuple avait été utilisé afin que les Sassanides viennent y répandre leur graisse, alors que nombre des miens mourraient de faim, me répugnait au plus haut point.


    Je les regardait d'un œil mauvais se baffrer de nourriture, tous ces Perses, Sassanides et leurs vassaux, qui tous riaient et chantaient. Bien sûr, j'avais fait venir pour l'occasion les meilleurs bardes et danseuses de mon palais, mais pouvaient-ils seulement apprécier la digne musique du peuple arabe? J'en doutais fort...

    Assis calmement auprès de quelques uns des nobles de mon royaume, je me forçais à manger, mais de toute évidence l'humeur n'y était pas.

    Mon fidèle sujet Khalissa remarqua cela. Assis à mes côtés, il me fit discrètement un signe pour me faire comprendre que j'affichais actuellement une mine triste, et qu'il était tout à fait peu prudent de ma part de montrer mon ennui. Je ne doutais pas qu'il comprenait ma douleur et qu'il la partageait, néanmoins je le comprenais. Après tout, si moi, Al-Nu'man Ibn Imru' Al-Qays6, Roi des Lakhmides7, donnait l'air ennuyé en un évènement si festif, où le grand Shah des Sassanides, ainsi que tous ses autre vassaux étaient rassemblés, cela pourrait être mal vu. Or, je ne pouvais pas me permettre de jouer les capricieux devant mon Suzerain, peu importe à quel point je pouvais les détester, lui et ses semblables, les Perses.

    Ainsi, je me prit d'un sourire forcé, et levais ma coupe de vin en l'honneur d'une absurdité comme la gloire des Sassanides.

    Yazdegerd remarqua mon soudain élan d'entrain, et approuva cet hommage d'un rire gras. C'était un homme qui de toute évidence se laissait aller par les plaisirs de la vie, surtout quand la sienne était celle d'un luxe incomparable. Il était gras, et affalé sur des coussins. En engloutissant sa coupe de vin, il fut si peu adroit que le précieux nectar coula le long de sa barbe noire. Un porc. Un porc détestable qui plus était. Il n'était pas simplement méprisant envers les arabes, il était également profondément intolérant envers les Chrétiens. Et c'était là bien un problème, car nous autres Lakhmides étions arabes et fervents défenseurs du Seigneur.

    De toute évidence, cet homme était au moins à moitié ivre, et bien que cela aurait pu être négligeable pour quelqu'un d'autre, lui était à la tête de l'une des plus grandes puissances que ce monde portait. Et en un lieu où tant de personnes était rassemblées, cela ne pouvait qu'être source de problèmes.

    Et les problèmes arrivèrent...


    Depuis que j'avais tenté de cacher mon ennui avec cet hommage à mon suzerain et son empire, le Shah me fixait avec des petits yeux rieurs. J'ignorais ce qu'il avait en tête, mais malgré toutes mes tentatives pour fuir son regard, il continuait de me fixer. Alors il finit par prendre la parole d'une voix forte, la langue déliée par l'alcool, surplombant le volume ambiant du festin.

    " Ô Roi des Lakhmides, loyal vassal! Ce palais est une vraie merveille, ces femmes sont de véritables joyaux et ce vin est un pur délice! Je suis honoré par tant de luxe et de beauté, pour sûr tu sais comment ravir un Perse! "

    Il rit d'un rire gras et continua sa tirade, tandis que les autres convives s'étaient tus pour écouter leur seigneur.

    "Figure-toi que je ne soupçonnais même pas que des arabes puissent être capables de tant de raffinement et de bon goût! "

    J'inclinais modestement la tête. J'ignorais si il valait mieux considérer les compliments à l'évènement ou bien l'insulte à mon peuple, mais je savais très bien qu'en face de lui, je devais simplement ignorer cette insulte. Aussi, je me contentais de lui répondre sobrement.

    " Ô mon Seigneur, aucune peine n'est de trop si il s'agit de vous ravir. Et savoir que ce festin vous inspire tant de bonté remplit mon cœur de joie. "

    J'espérais que l'échange s'en tiendrait là, mais malheureusement, le grand Shah ne semblait pas vouloir s'arrêter là.

    " Ô Al-Numan, mon fidèle vassal, inutile de paraître si modeste en face de moi! Nous savons tous ici à quel point un tel banquet doit être un véritable accomplissement pour toi et les tiens! Pour vous autres Arabes, qui êtes habitués à vivre comme des sauvages dans le désert, habillés de haillons, et mangeant de la chair de chameau, le mode de vie Perse doit être une véritable révolution! D'ailleurs, je ne doute pas que sans la propagation de notre culture, cette manifestation de bon goût en ce jour aurait été impossible.

    Mais toi...tu es différent n'est-ce pas? Tu as su comprendre l'avantage du mode de vie perse. En réalité, je te plains! Être roi d'un peuple aussi arriéré et stupide ne doit pas être chose aisé tous les jours. Non, pire! Cela doit être un véritable fardeau! "

    Il se fit resservir une autre coupe de vin, fier de sa tirade, et l'engloutit tout aussi rapidement et salement que la précédente. Autour de lui, tous les convives Perses étaient comme suspendus à ses mots. Ils buvaient ses inepties d'homme ivre comme si il s'agissait de la parole sainte, et se regardaient en approbation entre eux, et en rigolant comme si il s'agissait d'une bonne plaisanterie. Entourés de mes quelques frères lakhmides, nous étions seuls, les seuls arabes de cette foule de convives. Nous n'avions pas d'alliés, pas de défenseur, simplement des rires moqueurs. Mais pire que ça, c'était moi qui représentait mon peuple, moi qui en était le roi, moi que le Shah voulait entendre et c'était donc à moi de protéger l'honneur de mon peuple. Je me tordais les mains nerveusement tout en tachant de continuer à avoir l'air de garder ma contenance. Nous en étions arrivés à une situation que je craignais et redoutais. Ce banquet était comme un véritable piège: je ne pouvais m'échapper, et la moindre erreur pouvait changer le destin de mon peuple. D'un simple mot, cet homme ivre pouvait écraser tout le royaume Lakhmide et raser Al-Hira, sa magnifique capitale, de la carte. C'était cela, le pouvoir. Et être face à cette puissance était profondément désagréable, et terrifiant.

    Cependant, je tardais à répondre, et mon interlocuteur montra quelques signes d'impatience devant mon silence.

    " Et bien? Les mots te manqueraient-ils ô Roi des Lakhmides? Serais-tu à ce point intimidé par ma présence? Malheureusement, je ne peux rien y faire! "

    Il rit une fois de plus grassement à son odieuse blague, suivi par tous les autres, tels des moutons suivant aveuglément leur maître, tous bien soulagés de se trouver du "bon côté" de la discussion. J'avais envie de laisser partir ma colère, jeter ma coupe dans la face de porc du Shah, lui dire bien fort toutes les raisons pour lesquelles lui et son peuple me répugnaient du plus profond de mon âme, et combien ce banquet luxueux sous le toit de ce palais, sur les terres de mon peuple, était une insulte au nom du Seigneur. Mais une telle franchise n'était pas même envisageable. Néanmoins, je ne pouvais pas non plus laisser l'honneur de mon peuple se faire bafouer ainsi.

    " Ô puissant Shah, je suis profondément navré de ne pouvoir répondre à vos attentes, mais je ne suis pas différent de mon peuple. Peut être avons-nous l'air arriérés et peu raffinés à vos yeux, mais nous nous satisfaisons dans nos modestes vies, bien loin de la grandeur des vôtres. Je suis fier de porter le sang de mon peuple, même si cela peut vous sembler risible, et je ne peux me résoudre à le dénigrer ainsi, ou sinon je ne serais pas digne d'en être son roi.

    Mais inutile d'en parler plus longtemps! J'ai cru comprendre que vous affectionniez ce vin, et je pourrais vous conter comment j'ai pu me procurer du si bon nectar pour vous. "

    Évidemment, ma tentative de changement de sujet était mal habile, mais j'avais la certitude que demeurer sur le sujet précédent pouvait s'avérer profondément dangereux. Je passais rapidement ma main sur mon front pour l'essuyer. Cette pression qui pesait sur moi me faisait suer à grosse goutte, et l'atmosphère de la salle me semblait ô combien plus pesante. J'aurais voulu que le brouhaha ambiant du festin reprenne, mais actuellement, le silence était de mise. Tous regardaient Yazdegerd, attendant avec impatience quelle allait être sa réponse, comme si cela avait été un jeu.

    Je levais un regard incertain vers le Shah des Sassanides, mais comprit à son expression qu'il était lui-même déçu de ma réponse. Cependant, il n'abandonnerait pas si facilement...

    " Pour le roi d'un peuple qui se dit fier, je trouve que tes paroles portent avec elles le poids de la honte. Pourquoi tenter de défendre un peuple qui de toute évidence possède un manque flagrant de goût? Quelle fierté peut-tu tirer à vivre en mangeant de la viande de chameau, dont même les mendiants perses ne voudraient pas? "

    Nouvel éclat de rire général. Je baissais les yeux, ne préférant rien répondre. Mais cela ne lui plaisait pas. De toute évidence, il s'amusait là à me pousser dans une telle situation. Même ivre, il se savait en position de force totale, et voulais jusqu'où allait ma soumission.

    " Mais sais-tu ce que j'affectionne le plus chez les peuples fiers? C'est briser leur fierté! Ici, en ce lieu, je veux t'entendre de mes propres oreilles avouer que tu préfères le mode de vie Perse au mode de vie arriéré de ton peuple Arabe. Mais...n'aie crainte, je sais me montrer très généreux avec ceux qui savent reconnaître le bon gout. "

    Je pouvais baisser la tête et acquiescer pour plein de choses, mais ce que cet homme me demandait était tout simplement quelque chose que je ne pouvais pas me résoudre à faire. J'avais conscience que décevoir Yazdegerd était risqué, mais jusqu'à présent, j'étais rentré dans son jeu et avait parlé dans son sens. Tant que je gardais mon calme et restait diplomatique, je pouvais encore sauver la vie et l'honneur de mon peuple dans le même temps.

    " Ô grand Roi des Perses, je ne peux que louer les bienfaits de votre mode de vie, et je reconnais bien évidemment ses avantages sur celui de mon peuple. Néanmoins, bien que je sois profondément désolé que notre façon de vivre demeure incompréhensible à vos yeux, je m'en satisfait tout à fait. Nous ne sommes peut être que des sauvages du désert, mais nous en avons la fierté. Aussi, je suis navré de confesser que j'aime conserver ce mode de vie "arriéré".

    J'avais ainsi refusé sa demande, tout en restant poli, sans insulter son mode de vie, voir même en le louant. Il n'y avait normalement rien dans ma réponse qu'il pouvait user à son bon amusement. D'ailleurs, il sembla remarquer cela puisqu'il afficha une mine déçue, et sembla se lasser d'essayer de me rabaisser. Les convives avaient comme le souffle coupé, dans l'attente de la réaction du Shah.

    " Hmpf...Décevant... "

    Ce fut finalement sur ces mots que cette pénible conversation prit fin, et la lourde atmosphère retomba peu à peu pour laisser de nouveau place à l'allégresse du festin. Jusqu'à la fin, je tâchais de me montrer petit et de ne pas attirer de nouveau l'attention sur moi. Peut être que pour les autres, cet échange n'avait rien donné, mais pour moi, il avait été couteux: j'avais été forcé de flatter le Shah à maintes reprises, et je n'avais pas eu d'autre choix que de parler de mon peuple avec des termes bien faibles. Et en un évènement comme celui-ci, les oreilles étaient nombreuses, je ne doutais pas que ma piètre performance allait être connue de tout mon peuple d'ici quelques jours...




    Plusieurs jours plus tard, je me trouvais dans la chambre de mon modeste palais. Je me sentais bien faible depuis le jour du festin, et ma santé n'avait pas été à ses meilleurs jours. Las, je m'appuyais face à la fenêtre, observant de ma haute position la beauté de Al-Hira, capitale de mon peuple, à présent débarrassé des convives Perses, bien que le joug de ceux-ci pesaient toujours. Et je ne pouvais m'empêcher d'essayer de m'imaginer comment avait été la vie ici, avant que les Sassanides ne nous envahissent. Sans doute cette cité avait-elle parue cent fois plus magnifique, et son peuple, dix fois plus fier.

    Mais aujourd'hui, le peuple n'était pas fier, il était indigné.


    Quelqu'un toqua à ma porte, et je laissais rentrer. C'était Khalissa, mon fidèle sujet. Il venait me porter des nouvelles et s'enquérir de ma santé.

    " Ô mon Roi, comment allez-vous? Votre santé s'améliore-t-elle?

    - Khalissa, mon ami, je récupère, lentement mais surement. Mais plus important, quelles sont nouvelles? Y a-t-il des rumeurs mauvaises qui circulent? "

    Khalissa eut une grimace gênée puis confessa.

    " Mon Roi, je pense qu'il est inutile de vous le cacher, mais l'humeur dans les rues est plutôt mauvaise. Les évènements du festin ont fini par se faire savoir à travers tout le pays, et beaucoup sont ceux qui se disent indignés de votre comportement pendant ce banquet. Nombreux sont ceux qui vous critiquent ouvertement à l'heure actuelle. Cependant, soyez assuré que nous, vos fidèles sujets, savons  bien que vous n'aviez pas d'autres choix,  et à quel point vous avez tenté de tous les protéger. "

    Je soupirais.

    " Ainsi, l'on ne peut empêcher les oreilles indiscrètes de trouver bon entendeur... Mais, saches le, je préfère encore avoir un peuple ingrat mécontent qu'un peuple fier mais massacré. Peu importe si mon propre honneur est bafoué, tant que les arabes qui vivent en ce pays continuent de respirer, alors ma honte me parait bien légère. Après tout, il ne pouvait y avoir aucune issue positive à cette discussion. A partir du moment où ce porc de Shah m'a adressé la parole, il allait forcément en découler du mal. "

    Il acquiesça silencieusement pendant que je faisais les cents pas dans la pièce. Finalement, je m'assis sur mon lit et me prit la tête dans la main. Être roi ne m'avait jamais semblé être une responsabilité aussi lourde, cela me fatiguait et pompait mes forces.

    " Le sais-tu, il y a cent années de cela, mon ancêtre Imru' al-Qays ibn 'Amr8, à porté notre peuple Lakhmide à son apogée. Il rêvait de créer un peuple arabe uni. Il pensait qu'unis, tous ces petits royaumes et tribus seraient assez fort pour cesser de devoir se soumettre aux puissants de ce monde et clamer haut et fort leur fierté d'être arabe. Mais lorsque les Sassanides ont franchi nos frontières, l'aide promise des Romains n'est jamais arrivée. Tout le reste de sa vie, il aura été réclamer l'aide de ces derniers pour libérer notre royaume du joug des perses, et il aura fini par mourir en misérable en emportant son rêve avec lui...

    Et aujourd'hui, regarde où nous en sommes, à devoir s'abaisser au devant des Sassanides. Même nos frères Tanukhides9 ont du se soumettre aux Romains, et viendra le jour où nous devront nous battre contre ceux de notre propre sang lorsque les puissants auront décidé de s'affronter. Cette simple pensée me remplit de tristesse...

    Mais même si ce rêve est pour le moment perdu dans les limbes, il ne l'est pas pour l'éternité. Un jour le Seigneur fera payer à ces porcs toutes ces années d'oppression, et il nous donnera la force de nous unir en un seul et unique peuple. Les épreuves, la peine, la douleur, que nous subissons actuellement sont autant de forces qui nous permettront de vaincre au moment décisif. Un peuple arabe uni émergera victorieux des sables brûlants du désert. J'en suis certain.

    Mais d'ici là, je préfère encore attirer la honte sur moi pour garder mon peuple sauf. "



     

    ~ Prologue ~

    Le Roi Al-Nu'man I renonce à la couronne en 418 et part vivre en ermite dans le désert jusqu'à la fin de sa vie.

    La lignée des Roi Lakhmides continuera sous le joug Sassanide jusqu'à l'an 602, où le Shahanshah (Grand Shah) Khosrow II utilise de faux prétextes pour faire passer le Roi en traître et le faire exécuter, après le royaume Lakhmide est entièrement annexé par les Sassanides et dirigé par des gouverneurs perses.

    Ceci donna lieu à plusieurs révoltes et détruira définitivement le lien qui avait finit par se construire au fil des siècles entre les Sassanides et leurs vassaux les Lakhmides.

    Au VIIe siècle, Muhammad le prophète parvient à unifier les arabes sous une seule bannière, et en 633, les lakhmides sont enfin libérés de la domination Perse à la bataille de Al-Hira, sous le règne de Abu Abkr, successeur de Muhammad. Le peuple lakhmide avait agit comme espions pour le compte des arabes, ce qui a conduit à la défaite des Sassanides.

    Vingt-ans plus tard, l'empire Sassanide s'effondre définitivement, durant la conquête de la Perse par le Califat Rashidun10. Ainsi, le rêve de voir un peuple arabe uni et puissant prendra finalement vie et donnera naissance à l'un des plus grands empires de l'histoire.


    -----------------
    Notes:
    1: Yazdegerd I fut le Grand Roi des Sassanides de 399 à 420 ap J.C.
    2: Shah est l'équivalent de Roi en Perse.
    3: Les Sassanides sont un empire perse qui a contrôlé la région du Grand Iran de 224 à 651. Ils furent l'une des puissances majeures d'Asie pendant cette période.
    4: Al-Hira était la capitale des Lakhmides et se trouvait environ à l'emplacement actuel de Kufa, bien que celle-ci a été construite séparément par la suite.
    5: Le Khawarnaq était un somptueux palais bâti en l'honneur des Sassanides près de Al-Hira.
    6: Al-Nu'man I est le 6e Roi des Lakhmides et a rêgné de 390 à 418.
    7: Les Lakhmides sont un peuple arabe qui a fondé un royaume à l'emplacement actuel de l'Iraq.
    8: Imru' al-Qays fut le second Roi des Lakhmides qui tenta d'unifier les tribus arabes.
    9: Les Tanukhides sont un peuple arabe dont les Lakhmides descendent directement.
    10: Le Califat Rashidun est une dynastie des quatre Califes ayant directement succédé à Muhammad et ayant créé le premier empire arabe de l'histoire.

     


    votre commentaire


  • Bonsoir (ou bonjour, mais j'ai décidé que ça sera bonsoir alors tu fermes ta gueule et tu dis bonsoir. Voilà, merci je préfère <3 Keur et amour).

    Tout d'abord, je tiens à préciser que je n'ai toujours pas modifié la couleur de la police de mon blog, et que par conséquent, écrire un pavé est indigeste, surtout pour moi, mais comme je suis une grosse merde de flemmard, il est très probable que je préfère continuer à souffrir pour écrire que de me fatiguer à changer ne serait-ce qu'une once du thème absolument moche et banal de mon blog.
    Alors de quoi vais-je vous parlez cette fois? Comme d'habitude un gros pavé indigeste traitant essentiellement de moi, puisque c'est l'un des sujet que je maîtrise le mieux. Pourquoi cette idée me demanderez vous? Et bien c'est très simple, ça fait plusieurs personnes que je vois faire un pavé de début d'année, parlant de leur ressenti actuel, et comme je suis quelqu'un d'influençable et de profondément peu imaginatif, mon impulsivité m'a conduit à commencer à écrire le début de ce pavé, même si je sais pertinemment que d'ici quelques heures déjà, je serai déjà en train de trouver ça ridicule. De plus, il semble que lorsque je me contente de parler sur moi sans trop réfléchir j'ai bien plus de commentaires que lorsque je fais d'autres trucs qui nécessitent de la réflexion (d'ailleurs sur le dernier blabla où je parlais de moi et mon blog, vous avez été plusieurs à répondre, mais PAS UN SEUL n'a donné de réponse à la question que je posais à la base, bande de vils chenapans).
    Que dire, que dire... Il est bien plus facile de faire des gros pavé lorsqu'on est déprimé et que l'on a juste à déverser sa tristesse dans le flot des mots, ça coule tout seul, mais actuellement je ne me trouve pas dans un stade que je pourrais considérer comme "déprimé". Peut être pas "heureux" non plus, mais si je devais donner une note à mon bonheur actuel, de 1 à 10, je dirais hmm...6.5? C'est pas trop mal non?
    Mais voilà, moi je suis quelqu'un d'avide, si j'ai 6.5, alors je veux attraper les 3.5 restants pour atteindre le 10, autrement dit: le bonheur complet. Mais comment atteindre ce 10 sacré? Il y a quelques temps (indice: plus d'un an), vous m'auriez demandé de mettre une note, j'aurais répondu 10, et pourtant maintenant je dis 6.5. J'ai donc chuté. Mon bonheur n'est plus le même qu'il fut un temps. Plusieurs causes permettent d'expliquer cela, et j'ai pas envie de toutes les lister, si vous voulez les connaître, venez me le demander directement (en apportant un chèque de 45.92€ TTC), mais ce qui importe vraiment, c'est pourquoi aujourd'hui je ne peux pas me noter plus haut.

    Que se passe-t-il dans ma vie actuellement? Et bien, d'un point de vue purement factuel, je suis actuellement en école d'ingénieur en train de suivre une formation d'ingénieur informatique, après deux dures et éprouvantes années de classe préparatoire intégrée. Mais au delà des faits, qu'il y a-t-il? Et bien, il a un sentiment de trahison. Une trahison effectuée par mon emploi du temps. Pendant deux ans, j'ai serré les dents parce que je me disais, surtout en 2e année, qu'en cycle ingénieur, j'aurai enfin plus de temps libre. Et même si cela est vrai dans l'absolue, LA DIFFÉRENCE EST MINIME PUTAIN. Je me retrouve une nouvelle fois à me lever chaque jour à 6h et terminer presque tout le temps les cours à 18h30. On notera tout de même comme point positif le fait que cette fois, je n'ai plus plein de matières scientifiques pour lesquelles je n'ai aucun intérêt, mais enfin des matières orientées vers l'informatique, et donc plus proche de ce qui m'intéresse vraiment (même si, rappelons, à l'origine, j'ai une âme artistique, et je ne suis pas ici par mon cœur mais par ma raison).
    Mais tout ça, je peux le supporter. Je l'ai fait jusqu'à présent, je peux bien recommencer. Cependant, afin de tout supporter, j'aimerais bien avoir au moins mon cœur, lui, en paix. Je vous explique.
    Attention, la partie qui suit parle de "problèmes" de cœur et d'amour, et comme c'est potentiellement très chiant, si ça ne vous intéresse guère, je vous conseille de passer directement à la suite).
    Mon grand problème est que je suis un romantique mélancolique (et un petit fragile). Bien que je sois capable de vivre seul, je ressens en permanence le besoin d'amour (bon ptet pas en TOUT LE TEMPS non plus, par exemple, quand j'ai très envie de chier, c'est pas vraiment ma préoccupation numéro 1). Après avoir gouter à cette chaleur pendant trois belles années, vivre sans n'a plus la même saveur, le même sens, même après m'être ré_habitué pendant toute une année. Alors vous me direz: " Ben, trouve toi une copine". Mais le fait est que, moi, je veux bien hein !! Ça à l'air si simple pour tous les autres (de mon âge) d'être en couple, alors il devrait en être de même pour ma modeste personne ! Mais c'est sans compter sur deux choses: tout d'abord je suis ingénieur, donc dans ma vie de tous les jours, je vois beaucoup plus de mecs que de filles; ensuite, si je suis peu exigeant en terme de physique, je me surprend à être plutôt difficile en terme de personnalité; et enfin, quand bien même je trouve une fille qui m'intéresse, elle est soit déjà prise, soit intéressée par quelqu'un d'autre, et mon propre code de l'honneur me défend d'influencer sur les affaires de cœur des autres, pas comme un certain corbeau; alors oui ça fait trois "choses" au final, oui j'ai menti, mais c'est moi qui décide putain!! L'année dernière, j'étais dans un stade plus avancé de manque, car j'ai essayé Tinder, et c'est là que j'ai réalisé que ce n'était pas fait pour moi. J'ai réussi à parler avec quelques filles, j'ai même flirté avec une, mais à chaque fois, j'ai l'impression qu'il n'y a pas de compatibilité au niveau personnalité, que je ne peux pas être moi-même, et donc que ça ne marchera pas. Peut être que certaines personnes arrivent à trouver l'amour en tombant d'abord sous le charme par le physique, mais maintenant moi je sais qu'il vaut mieux que je sélectionne par la personnalité d'abord. Voilà, comme ça vous savez, mais honnêtement c'est pas très intéressant. Il y a bien certaines filles qui m'intéressent potentiellement (je dis "certaines", mais actuellement on est plus proche de une ou deux peut être), mais à chaque fois il y a "mais", une contrainte, un obstacle, une incertitude, etc...
    Ce qui est plus intéressant, c'est que face à mon échec en amour depuis un an, je ne cesse de me poser la question de si ce manque je ressens est réellement un véritable besoin d'amour ou bien un "simple" manque d'affection. Certes, dans les deux cas il y a quand même un manque, mais le deuxième est quand même plus aisé à combler que le premier ! Cette question je me la pose souvent, et jamais je ne peux y répondre. Enfin, ça ne veut pas dire pour autant que je vis dans la solitude, en tant que pauvre malheureux, non, loin de là. Je suis entouré de personnes superbes, mais à chaque fois, ce qui me manque, c'est la proximité. Être plus proche des gens que j'apprécie, ce n'est pas facile, surtout quand on atteint un âge ou beaucoup de gens possèdent des amis qu'ils connaissent depuis de nombreuses années, s'immiscer ainsi dans le "cercle privé" est chose ardue. D'autant plus que je suis hélas quelqu'un d'assez possessif, et j'ai horreur de cette facette de moi, avec la facette qui fait de moi un homme (c'est à dire quand je pense avec en bas). Pour ça il faut du temps, mais j'ai beau être patient, là tout de suite, j'aimerais que tout ce temps là soit derrière moi. Franchement, tout reconstruire c'est pas évident, même après un an. Pour ça que je vous conseilles personnellement de jamais laisser vos meilleurs amis de côté, même si vous êtes follement amoureux de votre partenaire (si partenaire il y a), car dans le cas où la belle histoire se finit, il est peu agréable d'avoir l'impression de n'avoir presque plus rien. M'enfin bref. Je me disais que j'arriverais à aller vers une conclusion cohérente, mais là ça n'en prend pas le bon chemin, alors je vais mettre un point à cette partie sur l'amour.

    Que dire ensuite... Oh, oui, pendant les vacances d'été, j'ai rencontré au tout début, puis sur la fin, quelques personnes vraiment superbes, genre, elles m'intéressent vraiment (dit comme ça, on dirait une parole de scientifique fou, mais je pense que vous avez compris l'idée, et si vous n'avez pas compris, sachez que je m'en bats totalement les couilles). Et c'est là que survient le problème de m’immiscer dans le cercle privé, devenir proche de ces personnes, sans précipiter les choses, sans tout foutre en l'air, c'est pas facile.

    Bon, je vous cacherai pas qu'après avoir terminé la partie "problèmes de cœur", il reste plus grand chose, parce que ma vie se résume essentiellement à des études d'ingénieur et des réflexions mélancoliques sur mon manque d'affection. Rajoutez avec ça un peu de reblochon, mon criterium, du chant et mes instruments de musiques, et vous avez mon portrait fini.
    Je suis plutôt satisfait de moi, pour une fois j'ai réussi à ne pas sombrer dans le discours mélodramatique, ce qui rend sans doute le pavé plus digeste, bien qu'au final je n'ai pas parlé de tant de choses que ça...
    M'enfin! Pour cette année (scolaire), donnons-nous des bonnes résolution: Je deviendrai un peu moins con et je trouverais l'amour, en tout bon fragile romantique que je suis !
    Voilà, c'est fait.

    Je vous laisse avec cette petite musique pour détendre l'atmosphère. Alors oui, je l'ai mise aussi au début, mais je savais pas trop où la mettre, alors je l'ai avant et après, comme ça, si jamais vous avez lu trop vite et oublier de lancer la musique, vous avez un petit rattrapage pour la fin. Je suis gentil,n'est-ce pas?



    8 commentaires
  • Cela faisait longtemps que j'avais envie de faire un pavé un peu sérieux, et notamment un sur un des nombreux sujets qui m'intéressent: la culture, et plus précisément, l'héritage culturel à dans une société de mondialisation, qui mêle à la fois l’uniformisation et la vulgarisation. Je savais pas trop quel titre donner à ce pavé, et je sais pas non vraiment ce que je vais raconter, j'ai pas préparé de plan ou d'organisation, mais comme à chaque fois, ça va marcher quand même.

    D'abord qu'est ce que la culture? Si l'on veut demander à notre meilleur ami à tous, le dictionnaire, on sera déjà déboussolé par le nombre de définitions différentes. Mais aujourd'hui, la définition dont je veux traiter, c'est celle-ci:

    Ensemble des phénomènes matériels et idéologiques qui caractérisent un groupe ethnique ou une nation, une civilisation, par opposition à un autre groupe ou à une autre nation.

    La culture est quelque chose qui est inné chez l'homme et plus particulièrement dans la société, le principe même de la société implique l'existence de la culture, à partir du moment où on a au moins deux sociétés différentes. La culture, c'est ce qui fait que A et B ont manière de penser différente, qu'ils ont une routine différente, qu'ils vivent dans des milieux d'apparences différentes, ... Elle est souvent associée à l’ethnie, mais si l'un peut amener l'autre, ce n'est pas une règle, par exemple, avoir du sang slave n'implique pas d'avoir d'avoir une culture slave. Et aujourd'hui, dans l'âge de l'Internet, on a la fabuleuse capacité d'apprendre des choses sur des cultures existantes à l'autre bout du globe, on ne s'en rend pas compte mais c'est tout bonnement incroyable. Il y a un siècle, tu étais obligé de te rendre à l'autre bout du monde pour savoir comment on y vivait, ou bien il fallait croire sur paroles ce que tu entendais dire, ce qui...au final, n'est pas si différent de la marche classique sur internet, à la différence que tu as accès à plus de sources, ce qui augmente tes chances d'avoir une moyenne plutôt fiable.

    Je trouve personnellement que la diversité culturelle est une chose magnifique, mais je reconnais également qu'elle s'oppose naturellement, malgré elle, au principe d'unification. Et dans notre monde d'aujourd'hui, où certaines cultures se propagent à chaque recoin de la carte en écrasant d'autres, quel est la place de l'héritage culturel?  Peut être que pour toi, qui lis cet article, tu ne t'es jamais posé la question d'héritage culturel, mais peut être aussi que tu as une culture dont tu es fier et que tu ne veux pas voir disparaître. Car aujourd'hui, de nombreuses cultures qu'on va appeler "mineures" sont en voie d'extinction. Prenons l'exemple de la France ok? La France est un pays d’Europe occidentale, qui comme tout ses voisins a subi la transformation du nationalisme il y a maintenant quelques temps de cela (un paquet même). Et le nationalisme prône l'idée de la nation unie, ce qui implique donc la fin des diversités régionales. On peut donc dire sans trop de risque qu'en naissant français, peu importe où dans la France (métropolitaine), on ne va pas avoir trop l'impression d'avoir une identité culturelle régionale car le pays a été reformé de façon à ce qu'on se sente Français avant toute chose. Mais malgré tout, dans quelques régions, certains ont le sentiment d'avoir un héritage culturel, des région comme la Bretagne, les Pays Basques, ou la Corse. Ces régions font partie des régions qui ont conservé le plus leur identité culturelle, qu'on confond souvent avec volonté d'indépendantisme (même si il y en a quand même). Personnellement, j'aime me revendiquer breton, car ayant du sang de là bas, mais vivant à Paris, je ne peux pas légitimement affirmer que je possède l'héritage de la culture bretonne. Mais quand bien même, qu'est ce que ça pourrait bien vouloir dire encore, "héritage culturel"? En Occident, revendiquer un héritage culturel a-t-il vraiment un sens dans une société uniformisée et très influencée par l'américanisation.
    D'ailleurs, à propos de l'américanisation, est-ce vraiment une bonne chose de laisser un modèle étranger s'imposer sur notre style de vie au lieu de conserver nos valeurs natales? La disparition des cultures régionales est malheureusement une fatalité, et bientôt se revendiquer de descendance celtique n'aura plus aucun sens (ce qui est quasiment le cas aujourd'hui), mais est-ce pour autant une raison pour laisser un autre modèle culturel s'imposer sur le notre? A cela je n'ai pas de réponse, mais il m'attriste quand même de voir le modèle américain conquérir de plus en plus de gens. Ou est l'intérêt de traverser l'océan si l'on s'est déjà converti à la même façon de vivre?

    Mais je me demande tout de même? Existe-t-il une possibilité d'un monde marchant vers l'unification n'impliquant pas une uniformisation culturelle? Je suis moi-même très pro-Européen, et je rêve de pouvoir voir une Union Européenne unie en tant qu'entité politique de mon vivant, je rêve aussi de voir l'Irlande se réunir, mais dans le même temps je me surprends à souhaiter que le Brexit provoque l'indépendance de l’Écosse. Avoir envie de préserver l'identité de son pays, de sa culture, est-il forcément dissocié de rêver d'Union? Est-ce que les nouveaux courants nationalistes qui ont pris de l'ampleur en Europe ces dernières années sont vraiment une réponse à la préservation de l'identité culturelle? Est-ce qu’accueillir des immigrés en France veut forcément dire que la France perd sa véritable culture? Dans un premier temps, en homme ouvert d'esprit que je suis, j'ai envie de dire non, et puis je suis finalement tiraillé. Alors je me pose cette question: L'identité culturelle est-t-elle vraiment encore importante dans le monde d'aujourd'hui? Je n'ai pas de réponse actuellement à cette interrogation, mais si vous oui, n'hésitez pas à me faire part de votre point de vue.


    Mais dans tous les cas, pour le moment, notre monde reste encore très diversifié culturellement et c'est une chose très bien. Je suis quelqu'un de très ouvert culturellement, j'aime parler avec des personnes venant de l'autre bout du monde, j'aime découvrir de nouvelles cultures, apprendre les différences culturelles existantes dans une même région. Et je pense que reconnaître l'existence d'une culture propre est le premier pas vers la sauvegarde de celle-ci. Il est important d'apprendre à différencier les cultures et ne pas faire de simplification. L'exemple le plus flagrant à ce sujet est le proche orient et le Maghreb. Nombreux sont tentés de dire que ce sont des régions où il n'y a que des arabes, mais c'est en réalité très faux, et de nombreux orientaux et maghrébins se sentiraient insultés d'être assimilés à des arabes: il faut compter toutes les différences qu'il existe dans ces régions, les arabes oui, mais aussi les berbères, les kabyles, les turcs, les perses, les arméniens, etc... Vous n'avez pas besoin d'apprendre tout de toutes les cultures, mais apprenez leur existence peut vous éviter d'être insultant, les perses aiment rarement être appelés "arabes". L'ouverture culturelle est très importante, et nombreux sont les américains qui devraient en prendre note. Être persuadé d'habiter le meilleur pays du monde n'excuse pas de se moquer de tout ce qui n'est pas américain.

    Alors, il faut être ouvert, et parfois il peut arriver qu'on tombe amoureux d'une autre culture. Et pour illustrer cette partie là de mes réflexions, je vais parler de l'exemple du Japon (et vous allez bientôt comprendre le "feat. Weaboos"). Tout comme les Etats-Unis, le Japon a su exporter sa culture en occident, et je pense que même sur Ekla, certains pourront revendiquer être amoureux du Japon. Mais si la mondialisation et l'internet permettent de découvrir et apprendre sur des cultures étrangères, ils font aussi souvent tomber dans le piège de la vulgarisation. Certaines personnes sont tellement fascinées d'un aspect caricaturé de la culture dont ils sont amoureux qu'ils en deviennent persuadés que cette culture ne dépend que de cet aspect. Et c'est là que je vais parler des Weaboos. Les Weaboos sont des gens qui ne voient le Japon que via les mangas et les animes et sont persuadés que tout là bas est question de samurai, de katana, de filles mignonnes affectueuses et de phrases clichés d'anime. Ils sont tellement persuadé de cela qu'ils essayent en général d'imposer cette vision aux autres, et en faisant ça ils sont non seulement dans l'erreur, mais en plus ils manquent énormément de respect à la véritable culture japonaise (en plus de baisser la crédibilité des étrangers au yeux des Japonais). On pourrait faire tout un pavé rien que sur les Weaboos, et se demander si on devrait les mépriser ou les prendre en pitié, mais ce n'est pas là le but. Ce que je veux dire, c'est que même en se disant ouvert culturellement, il ne faut pas en réalité tomber dans la vulgarisation, il faut se renseigner, surtout sur l'histoire. Je suis intimement convaincu que l'histoire d'une région en dit plus long sur sa culture que des pages entières de clichés.


    Au final, je ne sais pas trouver une conclusion cohérente à ce tout, mais j'aimerais avoir votre avis sur ces réflexions, si le sujet vous intéresse. Que pensez vous de la relation entre héritage culturel et uniformisation de la société? Pensez-vous que la culture n'a plus d'importance dans le monde actuel? Ou bien alors pensez-vous que l'héritage culturel a plus d'importance que toute autre chose? Quelle est votre position vis à vis de nationalisme et de l'Union Européenne? Faites moi part de tout ça si vous en avez le courage ;)


    1 commentaire
  • Salut à toi, peuple de Ekla!

    Aujourd'hui, je me pose des questions. Tout d'abord des questions du genre "Pourquoi y a-t-il autant de putains de moustiques ici? " ou alors " Quand est ce que ces vils bâtards arrêteront de me piquer? " ou même "La disparition de moustique entraînerait-elle un bouleversement dans l’écosystème? Servent-ils vraiment à quelque chose? ". Et puis aussi des questions comme "Que faire? " . Bien sûr je ne fais pas référence à ce que je pourrais faire là maintenant, car si tu n'as pas compris, je suis actuellement en train d'écrire le début de ce pavé (ou peut être pas, on verra ça à la fin).

    Alors de quoi est-ce que je parle quand je me demande "que faire?". Et bien je parle de ce blog, ouais, bon je me le demande aussi d'une façon encore plus globale, mais là c'est encore aut' chose. Alors certes j'ai posté récemment que j'entamais un long projet dont je vous ferai (peut etre) suivre l'avancement sur ce blog, mais c'est là un projet qui est à la base externe au blog, donc je ne considère pas que ça concerne mes occupations sur ce blog.
    Depuis la création de ce blog, j'ai posté sur ce blog des choses vraiment diverses, sans suivre de thématique, de projet, de rythme. J'ai juste posté ce dont j'avais envie, quand j'avais envie. Et comme je n'ai jamais eu beaucoup d'activité ici, ça n'a jamais dérangé personne.
    Mais voilà, avec le concours de dessin d'Elinae, j'ai pu faire un tour rapide de gens actifs sur Ekla, et donc de leur blogs, voir un peu ce qu'ils font, et ça a l'air vraiment cool ce qu'ils font. Les gens suivent ce qu'ils font, ils se constituent des petits cercles sympas, c'est vraiment plutôt cool quoi. Et après, je regarde mon blog, auquel j'ai toujours eu la flemme de donner un thème en utilisant du css, rempli de façon bordélique de choses complètement diverses. Et parfois ça me donne envie de m'activer de faire bouger mon blog, d'y mette du peps' etc... Mais je me connais, j'ai la motivation aussi volatile qu'une diarrhée sur le point de sortir (je suis plutôt satisfait de cette métaphore), et je me lasse donc aussi vite que je me motive, c'est là le grand prob.
    Et puis y aussi le fait que je sois très diversifié qui joue contre moi, je fais du dessin, de la musique (parfois meme un peu de voix), de l'écrit, des blabla stupides, et j'ai meme fait un peu de graphisme mais j'étais vraiment mauvais donc mieux vaut considérer que je n'en fait pas (d'ailleurs j'ai supprimé l'ignoble section "graphisme" de mon blog récemment). Et il est dur pour moi de me motiver si je fais ça tout seul et que ça intéresse personne.

    Alors écoutez je vous demande à vous, peuple de Ekla, et principalement à ceux qui arpentent parfois mon blog, ou ceux qui ont envie de le faire. Qu'est ce qui vous intéresse vous? Le dessin? Par contre, je préviens, je n'aime pas dessiner à la tablette, alors les beaux dessins colorisés tout ça, ça restera toujours aussi irrégulier et aléatoire. La musique? Je n'ai pas de synthé directement chez moi donc je peux pas faire des compo quand je veux, mais je peux toujours essayer de faire des covers avec la voix que je possède naturellement depuis ma naissance, ce qui est un immense cadeau (et certain devraient réaliser cela pour eux). L'écriture? Par contre, je me sens pas à me relancer encore dans une fic', qui de toute façon, je suis certain de ne pas continuer. Encore autre chose?
    Dites moi tout ça dans les commentaires, si ça vous intéresse. Si vous etes juste une ame de passage qui n'a aucune intention de revenir sur mon blog, vous pouvez aussi donner votre avis mais c'est assez triste.



    Et sinon, en dehors de ça, je le répète parfois, mais j'aime rencontrer de nouveaux gens, et je sais que y a des gens sympas par ici, alors si certains ont le courage de m'affronter de venir taper la discut' et faire connaissance, je peux vous donner mon discord/skype no problem. Je mords pas, enfin meme si j'essayais ça ne vous affecterait pas donc bon. Et si vous voulez une bonne raison de venir me parler, sachez que je suis un des mâles de Ekla (y en a qui pense encore que je suis une femelle, ce qui est pas si absurde, statistiquement). Cette raison était parfaitement stupide. Si vous venez vraiment me parler pour cette unique raison, sachez que je pourrai pas combler votre manque, à moins de payer 28.55€ l'heure.



    Ce sera tout pour cette fois.
    Paix sur vous


    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique