• Réflexions: Diversification culturelle et mondialisation (feat. Weaboos)

    Cela faisait longtemps que j'avais envie de faire un pavé un peu sérieux, et notamment un sur un des nombreux sujets qui m'intéressent: la culture, et plus précisément, l'héritage culturel à dans une société de mondialisation, qui mêle à la fois l’uniformisation et la vulgarisation. Je savais pas trop quel titre donner à ce pavé, et je sais pas non vraiment ce que je vais raconter, j'ai pas préparé de plan ou d'organisation, mais comme à chaque fois, ça va marcher quand même.

    D'abord qu'est ce que la culture? Si l'on veut demander à notre meilleur ami à tous, le dictionnaire, on sera déjà déboussolé par le nombre de définitions différentes. Mais aujourd'hui, la définition dont je veux traiter, c'est celle-ci:

    Ensemble des phénomènes matériels et idéologiques qui caractérisent un groupe ethnique ou une nation, une civilisation, par opposition à un autre groupe ou à une autre nation.

    La culture est quelque chose qui est inné chez l'homme et plus particulièrement dans la société, le principe même de la société implique l'existence de la culture, à partir du moment où on a au moins deux sociétés différentes. La culture, c'est ce qui fait que A et B ont manière de penser différente, qu'ils ont une routine différente, qu'ils vivent dans des milieux d'apparences différentes, ... Elle est souvent associée à l’ethnie, mais si l'un peut amener l'autre, ce n'est pas une règle, par exemple, avoir du sang slave n'implique pas d'avoir d'avoir une culture slave. Et aujourd'hui, dans l'âge de l'Internet, on a la fabuleuse capacité d'apprendre des choses sur des cultures existantes à l'autre bout du globe, on ne s'en rend pas compte mais c'est tout bonnement incroyable. Il y a un siècle, tu étais obligé de te rendre à l'autre bout du monde pour savoir comment on y vivait, ou bien il fallait croire sur paroles ce que tu entendais dire, ce qui...au final, n'est pas si différent de la marche classique sur internet, à la différence que tu as accès à plus de sources, ce qui augmente tes chances d'avoir une moyenne plutôt fiable.

    Je trouve personnellement que la diversité culturelle est une chose magnifique, mais je reconnais également qu'elle s'oppose naturellement, malgré elle, au principe d'unification. Et dans notre monde d'aujourd'hui, où certaines cultures se propagent à chaque recoin de la carte en écrasant d'autres, quel est la place de l'héritage culturel?  Peut être que pour toi, qui lis cet article, tu ne t'es jamais posé la question d'héritage culturel, mais peut être aussi que tu as une culture dont tu es fier et que tu ne veux pas voir disparaître. Car aujourd'hui, de nombreuses cultures qu'on va appeler "mineures" sont en voie d'extinction. Prenons l'exemple de la France ok? La France est un pays d’Europe occidentale, qui comme tout ses voisins a subi la transformation du nationalisme il y a maintenant quelques temps de cela (un paquet même). Et le nationalisme prône l'idée de la nation unie, ce qui implique donc la fin des diversités régionales. On peut donc dire sans trop de risque qu'en naissant français, peu importe où dans la France (métropolitaine), on ne va pas avoir trop l'impression d'avoir une identité culturelle régionale car le pays a été reformé de façon à ce qu'on se sente Français avant toute chose. Mais malgré tout, dans quelques régions, certains ont le sentiment d'avoir un héritage culturel, des région comme la Bretagne, les Pays Basques, ou la Corse. Ces régions font partie des régions qui ont conservé le plus leur identité culturelle, qu'on confond souvent avec volonté d'indépendantisme (même si il y en a quand même). Personnellement, j'aime me revendiquer breton, car ayant du sang de là bas, mais vivant à Paris, je ne peux pas légitimement affirmer que je possède l'héritage de la culture bretonne. Mais quand bien même, qu'est ce que ça pourrait bien vouloir dire encore, "héritage culturel"? En Occident, revendiquer un héritage culturel a-t-il vraiment un sens dans une société uniformisée et très influencée par l'américanisation.
    D'ailleurs, à propos de l'américanisation, est-ce vraiment une bonne chose de laisser un modèle étranger s'imposer sur notre style de vie au lieu de conserver nos valeurs natales? La disparition des cultures régionales est malheureusement une fatalité, et bientôt se revendiquer de descendance celtique n'aura plus aucun sens (ce qui est quasiment le cas aujourd'hui), mais est-ce pour autant une raison pour laisser un autre modèle culturel s'imposer sur le notre? A cela je n'ai pas de réponse, mais il m'attriste quand même de voir le modèle américain conquérir de plus en plus de gens. Ou est l'intérêt de traverser l'océan si l'on s'est déjà converti à la même façon de vivre?

    Mais je me demande tout de même? Existe-t-il une possibilité d'un monde marchant vers l'unification n'impliquant pas une uniformisation culturelle? Je suis moi-même très pro-Européen, et je rêve de pouvoir voir une Union Européenne unie en tant qu'entité politique de mon vivant, je rêve aussi de voir l'Irlande se réunir, mais dans le même temps je me surprends à souhaiter que le Brexit provoque l'indépendance de l’Écosse. Avoir envie de préserver l'identité de son pays, de sa culture, est-il forcément dissocié de rêver d'Union? Est-ce que les nouveaux courants nationalistes qui ont pris de l'ampleur en Europe ces dernières années sont vraiment une réponse à la préservation de l'identité culturelle? Est-ce qu’accueillir des immigrés en France veut forcément dire que la France perd sa véritable culture? Dans un premier temps, en homme ouvert d'esprit que je suis, j'ai envie de dire non, et puis je suis finalement tiraillé. Alors je me pose cette question: L'identité culturelle est-t-elle vraiment encore importante dans le monde d'aujourd'hui? Je n'ai pas de réponse actuellement à cette interrogation, mais si vous oui, n'hésitez pas à me faire part de votre point de vue.


    Mais dans tous les cas, pour le moment, notre monde reste encore très diversifié culturellement et c'est une chose très bien. Je suis quelqu'un de très ouvert culturellement, j'aime parler avec des personnes venant de l'autre bout du monde, j'aime découvrir de nouvelles cultures, apprendre les différences culturelles existantes dans une même région. Et je pense que reconnaître l'existence d'une culture propre est le premier pas vers la sauvegarde de celle-ci. Il est important d'apprendre à différencier les cultures et ne pas faire de simplification. L'exemple le plus flagrant à ce sujet est le proche orient et le Maghreb. Nombreux sont tentés de dire que ce sont des régions où il n'y a que des arabes, mais c'est en réalité très faux, et de nombreux orientaux et maghrébins se sentiraient insultés d'être assimilés à des arabes: il faut compter toutes les différences qu'il existe dans ces régions, les arabes oui, mais aussi les berbères, les kabyles, les turcs, les perses, les arméniens, etc... Vous n'avez pas besoin d'apprendre tout de toutes les cultures, mais apprenez leur existence peut vous éviter d'être insultant, les perses aiment rarement être appelés "arabes". L'ouverture culturelle est très importante, et nombreux sont les américains qui devraient en prendre note. Être persuadé d'habiter le meilleur pays du monde n'excuse pas de se moquer de tout ce qui n'est pas américain.

    Alors, il faut être ouvert, et parfois il peut arriver qu'on tombe amoureux d'une autre culture. Et pour illustrer cette partie là de mes réflexions, je vais parler de l'exemple du Japon (et vous allez bientôt comprendre le "feat. Weaboos"). Tout comme les Etats-Unis, le Japon a su exporter sa culture en occident, et je pense que même sur Ekla, certains pourront revendiquer être amoureux du Japon. Mais si la mondialisation et l'internet permettent de découvrir et apprendre sur des cultures étrangères, ils font aussi souvent tomber dans le piège de la vulgarisation. Certaines personnes sont tellement fascinées d'un aspect caricaturé de la culture dont ils sont amoureux qu'ils en deviennent persuadés que cette culture ne dépend que de cet aspect. Et c'est là que je vais parler des Weaboos. Les Weaboos sont des gens qui ne voient le Japon que via les mangas et les animes et sont persuadés que tout là bas est question de samurai, de katana, de filles mignonnes affectueuses et de phrases clichés d'anime. Ils sont tellement persuadé de cela qu'ils essayent en général d'imposer cette vision aux autres, et en faisant ça ils sont non seulement dans l'erreur, mais en plus ils manquent énormément de respect à la véritable culture japonaise (en plus de baisser la crédibilité des étrangers au yeux des Japonais). On pourrait faire tout un pavé rien que sur les Weaboos, et se demander si on devrait les mépriser ou les prendre en pitié, mais ce n'est pas là le but. Ce que je veux dire, c'est que même en se disant ouvert culturellement, il ne faut pas en réalité tomber dans la vulgarisation, il faut se renseigner, surtout sur l'histoire. Je suis intimement convaincu que l'histoire d'une région en dit plus long sur sa culture que des pages entières de clichés.


    Au final, je ne sais pas trouver une conclusion cohérente à ce tout, mais j'aimerais avoir votre avis sur ces réflexions, si le sujet vous intéresse. Que pensez vous de la relation entre héritage culturel et uniformisation de la société? Pensez-vous que la culture n'a plus d'importance dans le monde actuel? Ou bien alors pensez-vous que l'héritage culturel a plus d'importance que toute autre chose? Quelle est votre position vis à vis de nationalisme et de l'Union Européenne? Faites moi part de tout ça si vous en avez le courage ;)


  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Septembre 2017 à 15:06

    Je ne revendique aucune culture particulière, mais je me considère relativement ouvert d'esprit. A partir du moment où comme moi, on s'intéresse à l'histoire et aux mythes, la question du folklore vient immédiatement, faisant partie intégrante d'une culture nationale ou régionale.

    Cependant, j'avoue avoir (par exemple) une préférence et facilité à comprendre les mythes nordiques qu'hindoues, pour des raisons culturelles évidentes liées au fait que je sois européen. Petit aparté, je ne me considère pas spécialement anti-européen, mais pas citoyen non plus, n'ayant jamais connu un autre modèle que l'UE.

    La question du softpower est également centrale, je rejette le rêve américain et le Cool Japan, ces deux pays ne me font pas rêver du tout, cela ne m'empêchant de m'intéresser à leurs cultures respectives, mais je crois que notre génération oublie trop vite les horreurs qu'ont commises ces nations pendant le vingtième siècle. Je rejette également l'Allemagne, qu'on nous vend comme le pays de l'avenir trop fifou pour les jeunes.

     

    Le maitre-mot de ce débat étant la curiosité, l'envie de découvrir de nouvelles expériences et connaissances, mais je pose la question : peut-on en vouloir à un habitant d'un village de campagne ne dépassant les trois mille habitants son manque de savoir sur les cultures hindoues, chinoises ou iraniennes?

    Sinon, je dirai simplement qu'en tant que mâle blanc cisgenre vivant dans un pays développé, j'ai parfois du mal à partager des réflexions sans avoir l'étiquette "fasciste" dans le dos.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :